Comment se forment les gisements d’or ?

La création de la planète et de tout ce qui la compose fait l’objet de nombreuses recherches. L’or est un de ces métaux qui a soulevé beaucoup de questions. Comment se forment les gisements d’or ? L’origine du métal lui-même a fait débat et on en sait plus sur le sujet depuis quelques années. L’occasion de revoir certains fondamentaux, d’en apprendre plus sur la genèse des mines d’or et de revenir sur un projet récent, la Montagne d’Or, exemple parfait d’un type de gisement primaire.

Qu’est-ce qu’un gisement d’or ?

C’est tout simplement un endroit où se trouve une grande quantité d’or. Il peut être natif – c’est-à-dire qu’il est à son état naturel – ou intégré à un autre métal. On pense que le premier site d’extraction date d’il y a plus de 7 000 ans. Les techniques ont évolué depuis l’époque des mines romaines et égyptiennes, mais l’exploitation du métal a toujours été l’occasion de prouver l’inventivité des ingénieurs de l’époque. Aujourd’hui, on ne compte pas loin de 400 mines d’or dans le monde. Elles sont majoritairement situées en Afrique, en Russie, en Australie, en Chine et sur le continent américain. C’est désormais la Russie qui occupe la seconde place du plus gros exploitant aurifère et l’or européen provient en grande partie de ce pays.

Comment se forment les gisements d’or ?

Cela va peut-être vous étonner, mais il n’y a pas qu’une théorie sur la formation des gisements d’or sur Terre. On tient pour acquis que les réactions nucléaires résultant de la collision entre deux étoiles à neutrons sont responsables de la création de l’or. C’est un phénomène très rare qui aurait eu lieu au bon moment à la genèse de notre planète. Par contre, comment se forment les gisements ? On a émis l’hypothèse que des facteurs très favorables avaient parfois permis le transfert de l’or jusqu’à la croûte terrestre. Cependant, on a encore des doutes sur la teneur de ces facteurs. C’est en 2015 que des chercheurs du CNRS ont publié les résultats de leurs travaux –  faits en laboratoire – à ce sujet. On sait maintenant que ce sont des radicaux (c’est-à-dire, une espèce chimique.) du soufre qui sont capables de retirer l’or du magma puis de le transporter à la surface. En effet, quand ils se refroidissent dans la croûte terrestre, ces radicaux se décomposent et libèrent le métal précieux. En quoi cette découverte est-elle importante ? Elle permettrait d’aller chercher l’or plus profondément.

Un exemple avec la Montagne d’Or

C’est le nom qui a été donné au projet d’exploitation d’un gisement en Guyane. La Montagne d’Or est un exemple typique d’amas sulfuré. Qu’est-ce que c’est ? En ce qui concerne les gisements, on distingue les alluvionnaires, issus de la désagrégation de gisements primaires et exploités en surface, et les gisements primaires qui se sont formés selon le procédé décrit plus haut. Là encore, on fait la différence entre les filons, qui sont des failles où se sont accumulés des minéraux et des métaux, et les amas sulfurés. Ces derniers sont nés de l’activité des volcans sous-marins et de la migration de la roche volcanique contenant de l’or. C’est l’exploitation bien connue de gisements alluvionnaires en Guyane qui a permis de découvrir ce qui aurait dû devenir une impressionnante mine d’or. Elle devait entrer en activité en 2022, mais le projet a finalement été rejeté par les autorités.

Si on en sait un peu plus sur comment se forment les gisements d’or, on voit qu’ils ont encore quelques mystères à nous dévoiler. La recherche sur le sujet permettra-t-elle l’exploitation plus profonde de la croûte terrestre afin de découvrir de nouveaux gisements ? C’est en tout cas ce que pensent certains.

  • 078 829 78 78
  • vendredelor@gmail.com